Paris

Paris

Paris

Tahiti Boy a réuni en 2005 la Palmtree Family, soit des membres de Syd Matters, Tanger, Poney Poney, Hopper, etc…
Un disque est en préparation.
Ce lundi 5 février, la formation a carte blanche à la Flèche d’or et a invité notamment l’agité new-yorkais multiacitiviste Mike Ladd.
Au New Morning, on accueille une authentique pointure du sax et du jazz pratiqué en toute liberté en la personne de Steve Coleman accompagné de ses Five Elements.
OK Go au Nouveau Casino : ces Américains s’étaient fait remarquer sur le Web grâce à leur clip bricolé singeant les chorégraphies boys band. Simple buzz de rigolos ou vrai combo ? L’écoute de quelques titres ne convainc de rien, sauf d’une énergie qui pourrait changer la donne sur scène. Peut-être.

The Good The Bad & The Queen en concertLes Nuits de l’Alligator –très bon festival bluesy foutraque- démarre mardi à la Maroquinerie avec Petra Jean Phillipson, Son of Dave (one-man band triturant  un blues du Delta bien poisseux), Christian Olivier (la voix des Têtes Raides) et Fink.
Voyage au coeur d’un monde farfelu au Bataclan : l’alien Nosfell (souvent décrit ainsi, ça doit commencer à le lasser), « jazz ethnovocal ou rock schizophrène » à l’appui, voix bluffante aidant, vous propose d’entrer en transe à l’occasion d’une virée dans son cerveau tordu.
The Good The Bad & The Queen, au Cabaret sauvage, soit le nouveau projet de Damon Albarn (Blur, Gorillaz), accompagné par Tony Allen (Africa 70), Paul Simonon (The Clash) et Simon Tong (The Verve), le tout produit par Danger Mouse.
Bref, il y a de la référence de haut vol et un cd sombre truffé de bonnes idées.

Archie Bronson Outfit en concertLes Nuits de l’Alligator à la Maroquinerie cuvée du mercredi sont particulièrement excitantes.
Archie Bronson Outfit donne dans le blues-rock teinté de psyché. Riffs acérés, voix sur le fil du rasoir, au bord de l’étranglement, ces Anglais à barbe pratique un son dur, angoissant et jouissif à la fois.
King Khan & The BBQ Show fera planer un vent de folie : le combo tricote du rock déjanté avec un œil dans le rétro garage sixties, autrement dit un rock’n roll soul, déchaîné, psyché, déconnant, décadent, on en passe.
Très speed et chargés d’électricité, les Néo-Zélandais The Datsuns ne seront pas en reste. A l’affiche également, SSM.
A repérer aussi, le John Cale Band au Trabendo, Diving with Andy et Stuck in the Sound au Glaz’art, Blurt au Triptyque.

Ministère des Affaires populaires en concertLe Ministère des Affaires populaires à l’Elysée (Montmartre), jeudi.
Le MAP, dont la récente visite à Aubagne et le cd ont laissé notre collègue marseillais littéralement scotché, mobilise les esprits (pour les bouger) et les pieds (idem), via leur hip-hop musette cht’i inspiré par leurs origines lilloise et algérienne.
Issu de la scène post-punk française, avec plusieurs albums sur les labels New Rose et Garage Records dans les années 80, Charles de Goal revient comme en 40 au Glaz’art avec Nelson et Frustration.
A la Maroquinerie, Les Nuits de l’Alligator se portent toujours bien : The Love Bandits, Seb Martel, Hank Pine & Lily Fawn et Lee Rocker.

Red en concertVendredi, même lieu même festival, plane l’ombre de Tom Waits, mais on ne saurait réduire Red à un simple remake, lui qui possède une patte si particulière, tendance blues-rock tendu, musclé, sans fioritures, rocailleux.
La Maison Tellier est là aussi : dans la musette du collectif normand, un folk rural et bluesy lorgnant Calexico, Bonnie Prince Billy, etc. Au programme également, Leo88man et Sugar Farm.
A voir ailleurs : les Hush Puppies au Batofar, Bijou Svp (ex-Bijou, donc) au Glaz’art et Ceux qui marchent debout au New Morning (ils rempilent le lendemain).

Toumast en concertCette fois, c’est le fantôme d’Ali Farka Touré qui plane, samedi, aux Nuits de l’Alligator de la Maroquinerie, ce qui constitue une bonne nouvelle pour les amateurs de blues d’Afrique de l’Ouest et de revenants. Ondulations funky, riffs rock, loin d’être un ectoplasme, la formation blues touareg Toumast en impose.
Entreront en scène aussi le Français Don Cavalli et le Texan Josh Pearson.
Enfin, la soirée sera indie-rock à la Flèche d’or avec notamment l’Américain Paul Collins, fondateur des Nerves, et Mad River, trio français à la sauce Yeah Yeah Yeahs.